Le constat écologique est sans appel, les ressources en eau se raréfient et les tensions entre industriels, agriculteurs, collectivités et riverains se cristallisent autour de cette ressource que l’on qualifie désormais « d’or bleu ».

10.02.2021

Les périodes de sécheresses s’aggravent et de plus en plus d’industries font face à des prescriptions d’économies d’eau ou à des refus de prélèvements d’eau supplémentaires. Les exploitants et les collectivités doivent s’adapter à des exigences réglementaires fortes sur la qualité des eaux rejetées et mettre en œuvre des traitements des eaux de plus en plus exigeants. Depuis 30 ans, DEKRA agit pour un management environnemental responsable afin d’accompagner la gestion durable de l’ensemble du cycle de l’eau.


Qu’est-ce que le stress hydrique ? 

Le stress hydrique est défini par le dépassement des besoins en eau par rapport aux ressources disponibles mais également par une baisse de qualité pouvant en limiter l’usage. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le stress hydrique selon la disponibilité en eau, par an et par habitant. Lorsque cette capacité est inférieure à 1.700 m3, le stress hydrique est qualifié. 

La disponibilité en eau douce est un sujet de préoccupation mondial : d’ici 2025, 3 milliards de personnes devraient être concernées par le stress hydrique.  En 2030, le déficit d’eau douce devrait atteindre les 40%.

A l’échelle nationale, en réponse au stress hydrique, les arrêtés sécheresses instaurent des mesures de limitation de consommation en eau. Ces contraintes de prélèvements sont ponctuelles et réservées à certains usages, définies par le préfet, leur application reste locale. Ces restrictions exceptionnelles visent à limiter les effets d’une période de sécheresse : surexploitation des nappes phréatiques, lacs et rivières et qualité des eaux dégradée.


Consommation virtuelle

L’eau potable ne représente que 25% des consommations en eau ; l’usage domestique ne représente, quant à lui, que 25% de la consommation globale en eau. L’agriculture et l’industrie sont donc les plus gros consommateurs (respectivement 50% et 25% de la consommation globale). Cependant, il faut différencier le prélèvement de la consommation : l’industrie représente 70 % de l’eau prélevée mais en rejette une grande partie. En revanche, l’agriculture consomme toute l’eau prélevée et concentre cette utilisation sur de courtes périodes, principalement en été. Ces prélèvements, puis cette consommation sous-jacentes sont souvent invisibles du consommateur : on parle alors de consommation virtuelle. 

A titre d’exemple, pour une tasse de café de 125ml se sont en réalité 140L d’eau qui ont été utilisés en amont ; pour produire 1Kg de viande, se sont 15400L d’eau qui ont été dépensés.

              La gestion durable du cycle de l'eau : quels enjeux stratégiques?
Pour les agriculteurs et les industriels, l’eau est donc un facteur essentiel mais tarissable. Afin de préserver cette matière première, de nouvelles pratiques et modes opératoires existent. 


La réutilisation des eaux traitées, une gestion stratégique 

La réutilisation des eaux usées traitées (REUSE) permet de réduire les prélèvements des agriculteurs et industriels en eau sur le réseau public et de limiter les rejets.

Cependant, le recours à ces eaux traitées, donc propres, demeure très encadré et reste contraint à des usages restreints (entretien et refroidissement des machines industrielles, entretien de la voierie, irrigation etc.). A qualité équivalente à l’eau potable, les eaux usées traitées demeurent interdites à la consommation. 

Et pour cause, la réutilisation des eaux usées comporte des risques sanitaires substantiels parmi la contamination microbiologique. Les exploitants sont ainsi responsables de la protection de leurs travailleurs et des riverains exposés à ces eaux usées. Ils sont également tenus de répondre de la qualité des produits issus de cultures irriguées. Ils doivent, dans un même temps, justifier de leur politique de gestion des eaux auprès des autorités et auprès des usagers, soucieux de leur santé et de leur environnement.


L’instauration de nouvelles méthodes d’irrigation pour l’agriculture, l’amélioration des modes opératoires industriels, l’entretien des réseaux et la collecte d’eau de pluie pour les collectivités offrent certaines des réponses à l’impératif écologique.


Ainsi, la réutilisation des eaux traitées et la gestion responsable du cycle de l’eau s’avèrent être des enjeux partagés, qui nécessitent, de part et d’autre, une vision globale et une démarche prospective afin de dépasser des mesures ponctuelles et isolées.


DEKRA, une assistance responsable 

Les organisations publiques comme privées animent le maillage territorial, leurs imbrications complexes les rendent indissociables de la préservation de notre environnement et de nos ressources. DEKRA intervient auprès des organisations soucieuses de leur impact et les accompagne dans la gestion des risques industriels et environnementaux.

Nos services de mesure de la qualité de l’eau et nos consultants spécialisés vous offrent davantage de visibilité dans votre gestion des risques. Mais c’est en dépassant les obligations réglementaires et en inscrivant votre activité dans une démarche environnementale durable, que vous agirez de façon pérenne sur la valeur ajoutée de votre entreprise.

C’est pourquoi DEKRA développe aujourd’hui dans une offre globale d’accompagnement au développement durable, toute une gamme de service autour de la gestion de l’eau.

En fonction de la vulnérabilité de votre milieu, nous construisons vos études de faisabilité et d’impact.
Nos services d’assistance à la maîtrise d’ouvrage accompagnent les entreprises dans la mise en place de solutions durables en eau conçues by design. Vous mobilisez ainsi les leviers nécessaires afin de renforcer la confiance de vos parties-prenantes. En inscrivant votre activité dans l’économie circulaire, vous apportez une solution concrète à la pression faite sur la rareté des ressources. 

 

Face à l’épuisement des ressources en eau, DEKRA propose ses services de gestion de l’eau. Conscients de l’importance stratégique de cette ressource, nous tenons à présenter une gamme complète de services afin d’accompagner la construction, le secteur agroalimentaire et les activités industrielles. Puisque nous sommes maintenant avancés dans la décennie de l’eau,  nous nous engageons afin d’encourager nos partenaires vers une gestion durable, économique et écologique de leur ressources en eau. Vous aurez ainsi l’occasion de découvrir l’ensemble de nos services et solutions détaillés dans les prochaines newsletters et sur le site web.

 

1  En décembre 2016, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté à l'unanimité la résolution « Décennie internationale pour l'action sur le thème 'L'eau au service du développement durable' (2018-2028) » afin de contribuer à mettre davantage l'accent sur l'eau pendant dix ans

Vous souhaitez en savoir plus ?